Cycle de conférences 2018-2019

Le Club d’Astronomie de Lyon Ampère organise depuis 1989 un cycle annuel de 6 conférences à destination du grand public en partenariat avec le Musée des Confluences. Nous invitons des chercheurs à venir exposer leurs projets, travaux et résultats sur tous les thèmes relatifs à l’astronomie, historique ou contemporaine. Ces conférences offrent au public une occasion conviviale de rencontrer les grands noms qui font l’astronomie d’aujourd’hui.

Les conférences se déroulent à partir de 19h00 au Musée des Confluences,
Adresse: 86 quai Perrache, 69 Lyon

Accès :

  • Arrêt musée des Confluences sur le tramway T1 ou les lignes de bus— C7, C10, 15, 63, 88
  • Depuis la gare Part-Dieu : Métro B arrêt Debourg puis tram T1, depuis la gare de Perrache : Tram T1
  • parking vélo et station Velov disponibles sur le parvis

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles…


Si vous appréciez nos actions et voulez les soutenir, alors rendez vous sur cette page !


Mardi 15 octobre 2019 – 19h00

La géologie de la Lune, 50 ans après Apollo 11 par Pierre Tomas

Professeur émérite en planétologie à l’École Normale Supérieure de Lyon

“Après avoir eu les faveurs des politiques et du public autour des années 1965-1970, la Lune est tombée dans l’oubli, sauf pour les scientifiques. Douze missions (inhabitées) ont été envoyées vers la Lune depuis la fin des missions Apollo. Que sait-on et que reste-t-il à découvrir sur la géologie de la Lune ? Nous nous pencherons sur ce qu’ont apporté ces missions lunaires, missions Apollo comme mission “post-Apollo” sur ses cratères d’impact, son volcanisme, sa tectonique, sa structure interne, son eau, son origine …”

Mardi 12 novembre 2019 – 19h00

L’effet « Wouthuysen-Field », fairepart de naissance des premières étoiles par Francois Sibille

Directeur de recherche CNRS, à la retraite, Académie des Sciences, Belles-lettres et arts de Lyon, Association SÉLÉNÉ

“En 2018, dans le grand ouest australien un curieux radiotélescope a mis en évidence, dans le domaine des ondes de nos Iphone, une écorchure (bande d’absorption) sur le spectre bien lisse du corps noir cosmologique (CNC) à 2,726K qui baigne l’univers. Elle serait due à un phénomène assez simple, dit de « Wouthuysen-Field », qui aurait accompagné l’allumage des toutes premières étoiles : leur rayonnement UV rend l’hydrogène neutre et froid absorbant à 21cm, celui-ci prélève alors des photons sur le CNC de l’époque, laissant une trace que l’on retrouve aujourd’hui, décalée dans le domaine métrique par l’expansion.

L’extrémité grande longueur d’onde (la plus décalée, donc la plus ancienne) situe aux environs de 150 millions d’années après le Bigbang les premiers allumages qui mettent fin à « l’ère obscure » qui a suivi l’époque de la recombinaison.

L’extrémité courte longueur d’onde de la bande (la plus « récente ») donne la date de la fin du phénomène : lorsque suffisamment d’étoiles se sont allumées pour pouvoir ioniser tout le gaz, il n’y a plus d’hydrogène neutre absorbant. C’est la « re-ionisation » attendue avant les premières galaxies.

Cette observation, que j’expliquerai en détail « avec les doigts », est prémonitoire d’une nouvelle radioastronomie qui prend son essor au 21ème siècle avec des équipements d’une ampleur encore jamais vue, qui entrent progressivement en service particulièrement dans l’hémisphère sud (SKA etc.).”

 

Mardi 21 janvier 2020 – 19h00

Programmation en cours

Mardi 18 février 2020 – 19h00

Programmation en cours

Mardi 17 mars 2020 – 19h00

Programmation en cours

Mardi 21 avril 2020 – 19h00

Date provisoire…